Chaud départ

Posted on nov 10, 2012 in AKENA Vérandas
Chaud départ

C’est entre l’émotion et la concentration qu’a basculé l’état d’esprit d’Arnaud Boissières ce matin. Le fils adoptif des Sables d’Olonne est arrivé tôt à son bateau – dès 7h30 – mais ces deux heures étaient à peine suffisantes pour saluer l’armée de ses proches venus de toute la France. A 9h34, dans le sillage de Cheminées Poujoulat, le bateau noir et vert a quitté le ponton avec à sa barre un Cali ému, un peu tendu aussi à l’idée des quelques manœuvres à venir. La traversée du chenal de Port Olona a été à la hauteur de sa réputation avec une foule en fusion, en dépit de la pluie naissante et des longues heures d’attente qui ont commencé dans la nuit. Le long des quais, sur la jetée, les pavillons AKENA Vérandas battent pour saluer un Cali aux anges, qui passe de tribord à bâbord et de bâbord à tribord pour saluer chacun. Une fois en mer, seule son équipe technique – Guillaume Le Fur, Etienne Carra, Stan Maslard – est restée à bord afin de mettre le bateau dans la meilleure configuration pour le départ. Trente minutes avant, ils ont tous quitté le 60 pieds pour permettre à Arnaud de rentrer dans sa course. Le skipper d’AKENA Vérandas a choisi la sagesse en partant avec une grand voile réduite alors que la plupart de ses concurrents envoyaient toute la toile. Ce choix de raison va en effet lui permettre de moins manœuvrer dans les prochaines heures quand le vent va forcir. C’est la sagesse une fois encore qu’il a décidé en prenant un départ en second rideau. Certains de ses camarades ont payé cher leur audace puisqu’ils sont cinq – Macif, Groupe Bel, PRB, Energa et Banque Populaire – à avoir été rappelé à l’ordre par le Comité de Course. C’est la première fois de toute l’histoire du Vendée Globe que la flotte montre une telle nervosité sur un départ de tour du monde. Sur une mer chaotique, parfois forte et toujours blanche des nombreux sillages, Arnaud Boissières a pris la route du Cap Finisterre. Une petite armada de bateaux suiveurs, siglés AKENA Vérandas, lui a ouvert la route pendant quelques milles mais a dû faire demi-tour au bout d’une heure environ. Arnaud est maintenant seul en mer pour son deuxième tour du monde.

Aller à la barre d’outils